RDV : 01 83 75 39 99 / SOS main : 01 30 69 45 13

Tendinite de l'épaule

ANATOMIE

L’épaule est une articulation complexe. Elle se compose de l’humérus qui s’articule avec la glène de l’omoplate

Les tendons dits de « la coiffe des rotateurs » s’insèrent tout autour de l’épaule et joue un rôle dans les mobilités et le centrage de l’articulation.

Il passe sous un auvent constitué de l’acromion et du ligament acromio-coracoïdien.

glène de l'omoplate et tendons de la coiffe des rotateurs

DÉFINITION

Avec l’âge, en fonction des activités quotidiennes ou professionnelles, ou si l’acromion est trop épais, les tendons peuvent être « irrités » à l’intérieur de cet auvent et s’inflammer. On parle alors de tendinite de la coiffe des rotateurs.

MANIFESTATIONS CLINIQUES

La maladie se caractérise par des douleurs importantes, réveillant la nuit. Les mobilités articulaires sont diminuées car douloureuses.

L’évolution se fait le plus souvent vers la guérison avec un traitement médical et/ou fonctionnel bien conduit.

EXAMENS COMPLEMENTAIRES

Radiographies standard de l’épaule.

Une échographie permettra de s’assurer de l’absence de rupture des tendons.

Une IRM pourra être réalisée afin de confirmer l’aspect inflammatoire et non rompu des tendons.

IRM de la coiffe des rotateurs qui montre une inflammation des tendons

TRAITEMENT MÉDICAL

Le traitement est d’abord médical et vise à soulager les douleurs afin de permettre la rééducation.

Le traitement médical est celui de la douleur :

  • des médicaments contre la douleur (antalgiques)
  • des anti-inflammatoires en dehors de contre-indications

Des infiltrations de corticoïde associées à un anesthésique local peuvent être réalisé pour diminuer l’inflammation.

En cas d’échec du traitement médical un traitement fonctionnel par un kinésithérapeute et/ou un ostéopathe peut-être utile. Par une adaptation des mouvements (manœuvres d’abaissement de l’épaule et « d’évitement »), une prise en charge antalgique (massages et physiothérapie) une amélioration voire une guérison complète peut-être obtenue.

En cas d’échec du traitement médical et fonctionnel le traitement chirurgical doit être envisagé.

 

TRAITEMENT CHIRURGICAL

Il se fait sous arthroscopie par trois incisions de 5mm. Trois gestes principaux sont réalisés.

  • la ténotomie (section) de la longue portion du biceps si il est inflammatoire.
  • La Bursectomie qui consiste a enlever le tissu inflammatoire entre le tendon et l’acromion.
  • L’acromioplastie qui permet de diminuer l’épaisseur de l’acromion afin d’éviter tout conflit avec les tendons de la coiffe.

SUITES OPÉRATOIRES & RÉÉDUCATIONS

L’épaule est ensuite immobilisée dans une écharpe coude au corps uniquement à visée antalgique. En l’absence de douleur aucune immobilisation n’est nécessaire. Le patient peut s’habiller seul et normalement. Il fait ses pansements lui-même tous les jours après la douche (pansements imperméables) ; les fils sont résorbables.

L’auto-rééducation est débutée immédiatement par le patient. La rééducation par un kinésithérapeute est souvent nécessaire.

La reprise des activités quotidiennes se fait à partir du premier mois et la reprise du travail entre un et trois mois.

 

RESULTATS

Les résultats sont bons. Le retour à la guérison se fait dans les premières semaines post-opératoires. Le pronostic dépend de la durée d’évolution et de l’état des tendons.

 

RISQUES

Les complications postopératoires immédiates sont rares.

  • La capsulite rétractile entraine une raideur et des douleurs de l’épaule. Elle évolue en trois phases vers l’amélioration et peut durer jusqu’à 24 mois. Cette pathologie mal connue est difficile à prévenir et on ne connaît pas de traitement spécifique à ce jour. Heureusement elle reste très rare (<0,3%).
  • L’algodystrophie est un phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris. Elle associe à la douleur et à la raideur des phénomènes neuro-végétatifs. Elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois, entrainant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois prise en charge spécifique de la douleur (centres anti douleurs).

Comme pour toute chirurgie, il vous est fortement déconseillé de fumer pendant la période de convalescence.

Dr J.DERANLOT