RDV : 01 83 75 39 99 / SOS main : 01 30 69 45 13

Hygroma du coude

Définition :

Il s’agit d’un épanchement liquidien qui se développe dans une bourse séreuse sous cutanée à la face postérieure du coude en regard de l’olécrane (partie haute du cubitus). Le rôle de cette bourse séreuse est de faciliter le glissement de la peau sur l’os lors de la flexion du coude, et elle contient très peu de liquide habituellement. L’irritation de la paroi de la bourse séreuse va entrainer une sécrétion de liquide synovial en excès.

Son origine est le plus souvent post traumatique par choc direct ou appuis répétés et/ou prolongés sur le coude. On retrouve parfois des facteurs métaboliques comme la goutte, la chondrocalcinose ou la polyarthrite.

Clinique :

Tuméfaction à la face postérieure du coude, de taille variable, non douloureuse, qui contient du liquide. Les mobilités du coude sont complètes.

En cas de rougeur, douleur et signes infectieux régionaux (ganglions) ou généraux (fièvre) il s’agit d’un hygroma infecté. On retrouve parfois une lésion cutanée en regard de la tuméfaction.

Le diagnostic est clinique, seule une radiographie peut être utile au diagnostic en mettant en évidence une pointe osseuse ou épine sur l’olécrane à l’origine de l’irritation de la bourse séreuse.

inflammation de la bourse sereuse a la face posterieure du coude

Traitement non chirurgical :

Il peut associer immobilisation courte coude en extension, glaçage, pansements alcoolisés, anti inflammatoires. Il est bien sûr nécessaire d’identifier et d’éliminer un éventuel facteur déclenchant traumatique.

En cas d’hygroma surinfecté on peut effectuer une ponction pour prélèvement bactériologique puis on débutera un traitement antibiotique. Cependant au moindre doute ou en l’absence d’amélioration rapide des signes infectieux sous antibiotiques on réalisera une exérèse chirurgicale de la bourse infectée.

 

Chirurgie :

Elle peut être pratiquée à ciel ouvert par une voie d’abord postérieure  mesurant quelques centimètres et dans certains cas sous arthroscopie.

Les indications opératoires sont les suivantes :

  • Hygroma qui persiste plus de trois mois.
  • Récidive d’hygroma.
  • La surinfection.

 

Risques spécifiques de la chirurgie de l’hygroma :

  • Surinfection
  • Nécrose cutanée : la peau du coude est fragilisée par l’inflammation et mal vascularisée. La nécessité d’un décollement cutané étendu lors de l’exérèse de la bourse séreuse fragilise également la vascularisation de la peau.

Dr M.Vercoutère